Le Web Riche ne fait pas toujours le bonheur

CacophonieLa couche graphique des applications de gestion est sans aucun doute la partie la plus instable des projets informatiques. Le balancier permanent de ces dernières années entre la « légèreté » et la « richesse » des interfaces graphiques en est une parfaite illustration.

 

La diversité des bibliothèques de composants graphiques Open Source et le rythme trépidant de leurs évolutions posent directement le problème de la pérennité des choix techniques et du niveau d’expertise requis pour la maintenance des projets réalisés. Ce dernier point est d’autant plus stratégique que ces applications restent en production pendant plusieurs années pour rentabiliser leur réalisation.

Certes, l’intérêt de s’appuyer sur la communauté Open Source pour bénéficier des dernières avancées technologiques n’est plus à démontrer. Mais force est de constater qu’aucun framework graphique n’a réellement réussi à imposer un standard stable pour le développement des interfaces graphiques de gestion.

Le cas de Struts en est un parfait exemple. Ainsi, il y a à peine cinq ans, ce framework était présenté comme un « standard de fait » pour les applications de gestion. Et pourtant, aujourd’hui, cette solution est jugée obsolète par la plupart des architectes NTIC. Avec l’arrivée du Web 2.0 dans les architectures applicatives, de nouveaux frameworks Open Source de composants ont fait leur apparition en élargissant l’éventail des choix possibles pour les IHM des applications. C’est sans doute cette cacophonie qui explique que le framework Struts continue, contre toute attente, à être encore beaucoup utilisé pour le développement d’applications de gestion.

Aussi, plutôt que de céder à la surenchère technologique ou au buzz du moment, il est important de se poser les bonnes questions pour choisir la bibliothèque de composants adaptée aux enjeux de l’entreprise afin de s’assurer qu’elle :

  • propose un niveau de productivité élevé tout en couvrant efficacement la grande majorité des besoins dans le domaine de l’informatique de gestion,
  • garantie, dans la durée, la maintenance, le support et l’évolutivité des composants graphiques utilisés,
  • propose régulièrement des évolutions ergonomiques et techniques en phase avec les besoins fonctionnels des entreprises sur leur marché,
  • bénéficie des plus récentes innovations technologiques tout en respectant les contraintes de compatibilité avec les applications existantes.

Et oui, le plaisir de jouer avec une nouvelle solution technique n’apparait pas dans cette liste. Car, à bien y réfléchir, la majeure partie d’une application de gestion propose le plus souvent des Interfaces Homme-Machine (IHM) relativement classiques (du type : Recherche / Liste / Détail). Et, plus que l’innovation technologique, ce sont la productivité des développements et la simplicité de la maintenance qui sont les véritables enjeux de ces projets.

 

Réflexions et débats , , , , , , , , ,

1 commentaire


  1. « à bien y réfléchir, la majeure partie d’une application de gestion propose le plus souvent des Interfaces Homme-Machine (IHM) relativement classiques (du type : Recherche / Liste / Détail). »

    D’où l’intérêt de solutions comme Rails ou Direct2CP (inspiré de Direct2Java et Direct2Web de WebObjects).

    Jerome